Le mythe de la création du Japon

Partout la création du monde a donné lieu à des mythes et à des légendes, avec pour les insulaires la particularité de n’être concernés que par leurs îles, au point d’en oublier le reste du monde continental.
Nous ne connaissons les premières pensées et la cosmogonies japonaises que grâce à des recueils d’époque tardive (début du VIIIe siècle), et donc déjà influencés par la civilisation chinoise, en particulier le Kojiki et le Nihon-Shoki. On ne trouve dans ces ouvrages pas de réel début et, Izanami et Izanagi y sont les premiers personnages dont l’histoire se précise. Ils sont apparemment indifférenciés, mais c’est leur union qui a établi la cosmogonie japonaise.

Izanagi ("celui qui invite") et Izanami ("celle qui invite") étaient la huitième génération d’esprits célestes à apparaître après la sortie du Ciel et de la Terre du chaos primordial.

Image 0

Un jour, alors qu’ils étaient sur le "pont des cieux" ("ama-no-ukihashi", peut-être l’arc-en-ciel?) et qu’ils se demandaient s’il se trouvait une terre en dessous d’eux, ils plongèrent une lance céleste richement décorée (représentant peut-être un éclair), et tâtonnant dans l’obscurité trouvèrent la surface de l’océan. Ils agitèrent alors la lance dans l’eau, et des gouttes qui tombèrent se forma l’île d’Onogoro-Shima (ou Onogorojima) sur laquelle ils descendirent. La première île japonaise fut Awaji, et ainsi fut créé le "pays des huit grandes îles", les autres provenant de l’écume.

Sur Onogoro, ils érigèrent un pilier marquant définitivement la séparation du Ciel avec la Terre, et donnèrent ainsi naissance aux premières dualités. Conscients alors de leurs propres différences, ils effectuèrent un rituel autour du pilier qu’ils reproduirent deux fois, se séduisant tour à tour puis s’unirent.
Mais une femme ne devant jamais parler la première, ce qui fut le cas lors de cette première cérémonie de mariage, leurs premiers enfants naquirent difformes, comme Hiruko (plus tard appelé Ebisu) ou "enfant de sangsue" (nom dû au fait qu’il n’avait pas d’os), qu’ils envoyèrent au large dans un bateau.
Puis vinrent les kamis qui à leur tour en engendrèrent d’autres. A eux tous, ils créèrent les éléments de la nature, des pays, des îles et des millions de dieux.

Mais la naissance de Kagutsuchi (ou Homusubi), le kami du feu, brûla et tua Izanami qui descendit dans le Royaume des Morts (« Yomi-no-kuni » ou « Yomotsukuni »). Izanagi enterra sa sœur, et de douleur tua son fils avec un sabre.
Il décida ensuite de se rendre au Royaume des Ténèbres pour y récupérer son épouse, mais celle-ci avait été rendue laide par la nourriture des morts ; elle accepta de le suivre avec l’autorisation des dieux s’il ne se retournait pas pour la regarder.
Mais le temps se faisant long, Izanagi s’impatienta. Il alluma une dent de son peigne pour s’en faire une torche et regarder ce qu’il se passait.
Il découvrit alors avec horreur le corps d’Izanami, en décomposition et rongé par les vers, dans lequel naissaient des tonnerres menaçants qui se mirent à sa poursuite. Il ne put leur échapper qu’en leur lançant son peigne et une pêche, et prit soin de refermer l’entrée de ce royaume avec un rocher.
Avant cela, il la répudia et Izanami lui jura que chaque jour elle tuerait 1000 sujets de son frère, celui-ci lui répondit qu’il en ferait naître en échange 1500 dans le même temps, créant ainsi le cycle de vie et de mort.

Se sentant souillé de ce contact avec la mort, il se baigna pour se purifier. Des vêtements qu’il avait quitté naquirent les dieux et les êtres maléfiques.
Et de son corps ainsi lavé sortirent trois nouvelles grandes divinités : Amaterasu-Omikami, déesse du Soleil, de son œil gauche ; Tsukiyomi-no-Mikoto, dieu de la Lune, de son œil droit ; Susanô-no-Mikoto, dieu (ou Takehaya-Susanô) des tempêtes, de son nez.
La première eut le privilège de se voir confier le gouvernement des grandes plaines célestes, tandis que Tsukiyomi gouvernait la nuit et Susanô les mers.

La majorité des mythes originels sont malheureusement perdus, et il ne nous en reste aujourd’hui que des rituels, des coutumes ou des noms.
Izanami et Izanagi ont ainsi une très forte importance dans la mythologie japonaise et leur histoire fait partie des légendes fondatrices du shintô. Le bain de purification d’Izanagi à son retour du monde des morts est d’ailleurs considéré comme étant à l’origine du "harai", pratiques de purification les plus importantes du Shintoïsme.
L’union de ce couple divin est symbolisée par les deux rochers de Futami-ga-Ura, près du bois sacré d’Ise, liés par une grosse corde de paille changée tous les ans le 5 janvier pendant une cérémonie.

1

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site