Histoire du Sabre des Samourais

 

SamuraiLe sabre apparaît très tôt dans l’histoire du Japon. Avec les joyaux et le miroir, il représente un des trois trésors prêtés d’après une légende très ancienne au petit fils par la déesse du
soleil Amaterasu symbole de la légalité de son pouvoir et de sa volonté. Ce n’est que plus tard que le culte autour de la classe guerrière se développa et le sabre représenta l’attitude du
samouraï dans la vie et au combat. La victoire d’un combat au sabre n’était pas la conséquence de la force physique mais était basé sur une parfaite harmonie entre l’esprit et le corps : arrêter une frappe au dernier moment, bloquer une attaque imprévue d’un antagoniste en l’espace d’un éclair. Le guerrier devait être calme et détendu intérieurement. Le comportement avec le sabre était le résultat d’un développement mental.

 
L’histoire du sabre du samouraï est très étroitement liée avec l’histoire du Japon et divisée
selon les époques suivantes;

La période du sabre de l’antiquité : CHOKUTO or Ken ( 900 ap JC)

Kashira
D’après la tradition mythique le premier empereur japonais Jimmu Tenno, un descendant direct de la déesse du soleil Amaterasu, quitta l’île Kyushu dans le sud du pays, traversa le lac intérieur pour se rendre à Kashiwara au cœur du Japon pour combattre les souches ennemies et ainsi fonder l’empire japonais. C’est avec cette accession au trône que commença l’histoire du Japon. C’est environ au troisième siècle ap J-C qu’arriva la culture continentale asiatique sous la forme du confusionnisme, du commerce de soie et de l’art de forger les armes blanches.
Suite à cette évolution, on suppose que l’art de forger le sabre émane de Chine, en passant par la Corée avant d’arriver au Japon. Les sabres les plus anciens retrouvés au Japon viennent de tombes datant du 4 et 5ème siècle ap J-C. Ces lames appelées CHOKUTO sont droites et n’ont qu’un tranchant. Certains de ces sabres ont des lames tellement fines qu’elles montraient une courbure lorsqu’elles étaient tenues parallèle au sol. Ce n’étaient certainement pas des armes de combat mais sûrement des lames de cérémonie. C’est donc à partir de ces imitations des sabres chinois que le sabre japonais se développa au fil des ans.

La période ancienne du sabre « KOTO= vieux sabres (de 900 à 1530 ap J-C)

Depuis la période HEIAN (794-1191), où la nouvelle capitale fut établie à KYOTO , les japonais avaient déjà fortement amélioré leur technique de travail de l’acier.Les sabres qui datent de cette période peuvent être appelés sabres japonais. Le guerrier qui utilisait ces lames se battait à cheval. KatanaIl avait donc besoin de ces lames pour frapper et couper. Dans ces situations une lame courbée était plus efficace qu’une lame droite, de plus la lame devait être longue mais néanmoins assez légère que pour être tenue dans une seule main. Les sabres de cette période avaient une partie tranchante de 912 mm de long. Les sabres étaient portés sur la hanche le tranchant vers le bas. Les sabres de cette période sont appelés TACHI, on peut les considérer comme les représentants des sabres antiques d’avant le 17ème siècle. Ces sabres sont aussi connus sous le terme générique de KOTO. Après la disparition de l’administration civile sous le clan de FUJIWARA pendant la deuxième moitié de la période HEIAN apparu la nouvelle caste des SAMURAI. La prise de pouvoir se faisait par les armes. La guerre devint alors quelque chose de tout à fait ordinaire et le sabre, qu’il portait enpermanence sur lui, devint alors l’arme principale du SAMURAI. Suite à cette dramatique situation, l’art de forger le sabre prit un essor très important et atteint son plus haut niveau dans la deuxième partie de la période HEIAN. Les forgerons de sabres de l’époque produisaient des sabres presque parfaits avec des outils très simples. La qualité de ces sabres n’a jamais été égalée jusqu’à présent.
 

Katana
Pendant la période qui suivit, période KAMAKURA 1192-1336, le Japon se trouva dominé par la classe guerrière. Environ 675 ans de féodalité suivirent sous commandement militaire. Le SHOGUNA possédait une puissance illimité dans tous les domaines de la vie. A la fin du 13ème siècle les mongols essayèrent d’envahir le Japon sur la lancée de leurs invasions européennes. Ils furent repoussés par les SAMURAI qui furent soudainement aidés par deux.
Pour faire face à cette situation d’urgence il fallu de meilleurs sabres. C’est alors qu’apparaît le tanto qui est le sabre court. Ces sabres courts pouvaient être utilisés en combat rapproché. Dans le même temps la lame du Tachi devint plus large, plus lourde et plus développée. 

Après la période KAMAKURA suivit une période de chaos et de guerres régulières : la période MUROMACHI 1337-1573. Au début de cette période les différentes méthodes de production de sabres au Japon donnèrent naissance à « GOKADEN », les cinq traditions ou écoles. Ces écoles furent nommées selon les provinces où elles se trouvaient:
-L’école de SOSHU à Kamakura
-L’école de BIZEN dans la préfecture de Okayama
-L’école de YAMASHIRO à Kyoto
-L’école de YAMATO proche de Nara
-L’école de MINO dans la préfecture de GIFU

De la période Muromachi, mais aussi dans les siècles qui suivirent, on peut facilement classer les sabres japonais dans une de ces écoles. Le chaos et les guerres féodales incessantes conduisirent à une demande importante d’armes. On en arriva à une production de masse et bien sûr à une qualité moindre pour les sabres. La puissance et la fréquence des combats conduisirent au développement d’une deuxième lame de 60 cm de long porté tranchant vers le haut afin que le mouvement de dégainement soit un contre immédiat à l’attaque du sabre adverse. Ce sabre était utilisé à l’intérieur des maisons ou autres endroits exigus là où le Tachi ne pouvait être utilisé.

Koshirai

La nouvelle période SHINTO = nouvelle période

Cet important développement prit place approximativement au début de la période MOMOYAMA 1574-1602 Apparu donc le Uchigatana une paire de sabre pouvant être portée
à la ceinture. Le sabre le plus long fut appelé « KATANA ». Il mesurait et mesure toujours de 60 à 76 cm de long. Le sabre accompagnateur fut nommé « WAKIZASHI » et mesurait
approximativement 45 cm de long. Porter ces deux sabres devint quelques chose de commun pour les SAMURAI et pendant longtemps c’était une manière de montrer leur rang. Le côté
tranchant ainsi que la ligne du sabre font que ce sabre apparaît comme une réelle évolution remarquable comparé au TACHI ancien. L’acier en aussi est plus solide et tranchant. On ne
sait pas déterminer l’origine de ce sabre au travers d’une de ces cinq écoles. L’apparition de ce sabre est donc désigné par une origine d’une sixième école, « l’école SHINTO » apparue à
la fin du 16ème siècle. TOYOTOMI HIDYOSHI mit fin à l’histoire sanglante de ces différentes époques par l’unification des différentes régions. En 1588 il promulgue une loi interdisant le port du sabre dans toutes les contrées. De ce jour le port du sabre fut strictement limité et la paix régna sur la région. Le sabre devint alors plus insignifiant comme arme et servit plus de symbole ou de statut ou mieux encore, objet de décoration.
La période qui suivit démarra vers l’année 1603 par l’établissement du Shogunat TOKUGAWA IEYASU, le successeur de HIDEYOSHI. Cette période estcaractérisée par la paix qui y régna mais aussi par une forme d’isolationnisme du japon lui-même. Le Japon était un pays hermétiquement fermé aux étrangers. Cette période de paix dura 250 ans, le règne du clan des TOKUGAWA . La fin de cette période fut marquée par les premiers contacts avec les américains en la personne du Commodore PERRY, avec ses bateaux noirs, ceci au milieu du 19ème siècle. Ce contact marqua également le début des échanges avec l’étranger. Sur un plan qualitatif au niveau de la production de sabres, la période EDO était vraiment très bonne. La production n’était pas une production de masse à buts guerriers, mais bien une
production de qualité. Cependant la qualité standard de la production de sabre diminua suite à la crise économique, au contrôle national des prix et qu’à la corruption.
Katana

Tsuba
Le sabre moderne « GENDAITO » après 1868

L’empereur MEIJI le 122 descendant de la dynastie du fondateur Jimmu Tenno, rétablit en 1868, après le cas du Shogunat des Tokugawa qui commença les réformes fondamentales dans la région. Durant la restauration de la dynastie MEIJI, le Japon se modernisa et s’ouvrit de plus en plus aux étrangers. Les réformes entamées durant cette période est pour l’histoire du Japon, sans nul doute, un très grand moment. La féodalité fut abolie, par là même tous les SAMURAI perdirent leurs privilèges. Il fut défendu de porter un sabre. Les temps étaient très durs pour les forgerons de sabre. Enormément de SAMURAI se forcèrent à obéir. Cependant très tôt l’utilisation du sabre fut orienté vers l’art du sabre et cette nouvelle vision fut établie par l’empereur lui-même. Quelques forgerons purent continuer à travailler dans la tradition et ainsi assurer sa sauvegarde . Les sabres (GENDAITO) forgés depuis la période MEIJI, furent fortement touchés par l’histoire militaire du Japon. Le sabre GENDAITO a la forme d’un sabre traditionnel, mais ne possède aucune caractéristique des sabres faits mains. Ils ont cependant un tranchant très dur et une texture intéressante.

La résurgence de la production de sabres après la deuxième guerre mondiale, après sept ans d’interdiction de production dictée par les américains puissance occupante, posa quelques difficultés. L’artisanat du sabre doit être considéré Tsukacomme art et non plus comme armes. Les forgerons de sabre doivent maintenant tenir compte du fait que les armes doivent servir aux arts martiaux et non plus à des fins de guerres. Il fut très difficile de reprendre se savoir faire après une aussi longue période de guerre et autant d’années d’occupation: Ce savoir faire cette expérience et expertise se transmettaient de manière orale de maître à élève lors de la conception du sabre et ce de génération en génération. Un inestimable savoir faire fut
pratiquement perdu et ce de manière irréparable. Cependant cette situation difficile a eu un effet positif, en effet les forgerons collaborèrent entre eux, furent animés d’un support mutuel et par un énorme effort cet art revit à nouveau. Les fabrications de  sabres ce jour au Japon sont de très bonne qualité et peuvent rivaliser avec les sabres anciens. On peut dire aujourd’hui que la période de fabrication des sabres pour l’art est plus productive et plus créatrice ainsi que plus forte durant les derniers siècles. Le savoir faire de la fabrication actuelle a deux tâches importantes: la préservation de la tradition de la fabrication et la création durable de l’art des temps modernes.

Commentaires (1)

1. Patrick 15/07/2011

Bonjour. Je possède un Tanto a double tranchant,gravé en Japonais sur le manche(après suppression de celui-ci
Nom:SAJYO,qui après recherche serait chef de BIZEN provance et qui serait officier subalterne.Longueur arme bizeautée 24 cm.Bizen serait devenue OKAYAMA.Je possède photo,et aimerais contacter une famille de cette personne.Si vous etes intéressé.
Cordialement: Patrick

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site